samedi 28 juillet 2012

Chez Asphodèle, les mots en T (14) Pour distraire un lièvre...





LES PLUMES DE L’ÉTÉ 20


Ici, pour lire les textes du jour


Pour distraire un lièvre…

Je suis une tortue. N’en doutez pas. Regardez à quelle allure j’avance : je suis la lenteur personnifiée. Rien ne me transfigurera, symbole de lenteur, je suis, symbole de lenteur, je resterai.

Ne me touchez pas ! Ôtez-vous immédiatement de mon passage !
Mon premier but, rejoindre la fontaine, mon point de mire, mon totem, pour aller me rafraîchir.

Mon nom, Tomate.
Très original, n’est-ce-pas pour une Demoiselle Tortue, dont les écailles de la carapace sont de couleur thé rouge et terre de Sienne. Je taille ma route dans un village qui n’est pas devenu encore une vraie ville. Ce sera dans un autre temps.

Ce matin, dès les premiers rayons de soleil que j’ai pris à témoin, je me suis mise en marche. L’aurore pointait à peine. Le ciel était lumineux. Je cheminais sans but, ici, là-bas, peu m’importait. Aucune envie de me triturer les méninges ni de titiller mon esprit.

Je savais que je resterai dans l’enceinte de ce village, mon nouveau refuge, loin de toute zone de turbulences.
Aucun transfert envisageable dans un autre ailleurs.

Je dessinais des rayons dans mon nouvel Éden. Ils semblaient taillader le paysage.

Je dédiais ma solitude à Tinange, lui qui avait été mon talentueux compagnon de route. Je terminais toujours mes allers-retours devant la porte de la Paix.

La porte était surplombée d’une colombe à la Picasso et était barrée du mot calligraphié en hébreu, paix.

-       J’aurais été vous, j'aurais commencé par en bas pour écrire le mot « Paix ».

J’entends des voix. Le soleil m’a trop tapé sur la tête et la carapace. Me suis-je cognée par inadvertance contre le pied de la table du café dont l’enseigne est un tonneau, tout à l’heure en traversant la place.

-       Je répète. J’aurais commencé par en bas à gauche.
-       Montrez-vous ! je n’aime pas du tout qu’on se moque du travail que j’ai exécuté.
-       Je maintiens, j’aurais mis le P en bas à gauche.
-       Cela suffit ! j’ai fait comme bon me semble. Le P n’avait qu’une seule place possible et unique. En haut, au milieu. Logique, n’est-ce-pas voix inconnue et invisible.
-       J’affirme et assume pleinement que cette porte aurait eu plus de caractère avec le P en bas à gauche.
-       Stop voix inconnue. La porte restera comme cela. C’est terminé et définitif.





Collecte des mots en T, taratata ! Un an des Plumes !

Turlututu chapeau pointu, le soleil brille et le moral déborde de bonne humeur aujourd’hui !!! Voici la moisson, c’est la saison des blés d’or dans les champs (si ça vous a échappé citadins !) . Nous avons 17 mots à placer dans nos textes pour samedi matin ! Hé oui, c’est pas farniente toutes les semaines…

Temps – taillader – thé – triturer ou se triturer – titiller – tortue – talentueux (se) – toucher – transfigurer – témoin – totem – table – turbulence(s) – transfert – terre – tomate - tonneau ET terminer.

8 commentaires:

Asphodèle a dit…

La Fontaine revisité ! Tu nous contes toujours très bien de ces petites bêtes familières...

patriarch a dit…

Sourire.... un plaisir !!! merci. Belle journée.

chanone a dit…

c'est très frais comme histoire j'aime ! c'est quand même pas mal la vie de tortue je trouve ;)
Bonne fin de journée !

Oncle Dan a dit…

Un parcours tortueux pour la tortue Tomate... ;)

Mind The Gap a dit…

Ton histoire est surprenante, un peu surréaliste.
La tortue est une belle métaphore et une belle bête aussi.

ceriat a dit…

Pauvre Tomate dérangée dans son élan. ;-) J'aime beaucoup ton texte et son totem. :D

elcanardo a dit…

Nous a abreuvé de ton inspiration et de bien belle façon. Je reviendrai volontiers étancher ma soif de textes ici...

Coincoins à flot

Nunzi a dit…

Vive le thé et les écailles de tortue ! (commentaire très égocentrée).