dimanche 22 février 2015

Une photo, quelques mots (155), Dans la rue

 

Le principe de cet atelier ?

Chaque mardi Leiloona publie une photo qui servira de base pour les textes. Une semaine pour l’écrire : les textes sont publiés le lundi matin.
Ni genre, ni ton imposés. Seul le plaisir d’écrire. Encore et toujours.

Pour voir les liens de tous les textes, rendez-vous ici.

23 février 2015

Une photo, quelques mots (155)

Et voici la photo de cette semaine ! 

© Romaric Cazaux

Je m’appelle Emily.

Vous ne me connaissez pas encore mais les quatre hommes sous le grand arbre, eux, me connaissent. Pas réellement, mais quand même.

Ma maman leur a donné ma photo car elle ne me retrouve pas.
En rentrant de son travail, je n’étais pas à la maison.
Elle m’a appelée. Elle a crié mon nom des centaines de fois.
Elle m’a cherchée pendant deux heures, a téléphoné à mes copines, à mes copains.

Elle n’a pas appelé mon père, car je n’ai pas de père ou plus exactement, je n’ai plus de père, il a disparu il y a maintenant trente-deux mois. Il nous manque à toutes les deux. On n’arrive pas à s’y faire. 
Son rire nous manque, ses plaisanteries un peu lourdes aussi. Sa présence…

Comme je ne répondais pas à ma maman sur mon téléphone portable, elle a été au poste de police.

« Ne vous inquiétez pas, elle ne doit pas être très loin. À la nuit, elle va rentrer. Ne vous inquiétez pas, Madame ».

Mais ma maman s’inquiète. Elle s’alarme toujours et encore plus depuis que Papa est parti.

Eux, les quatre policiers, viennent de parcourir la grande cité où j’habite.

Eux non plus, ils ne m’ont pas retrouvée.
Ils n’y ont pas mis beaucoup d’énergie non plus.
Je le sais, je les ai vus faire. 
Leur porte à porte n'était ni fait ni à faire.

Ils auraient dû pousser dans la rue d’après, dans la rue où vit celui que j’aime.
Mais c’était trop loin peut-être pour eux.

Je voulais juste attendre que le soleil revienne pour sortir de ma cachette.



13 commentaires:

Titine a dit…

Elle aura fait une belle frayeur à sa mère ! Jolie idée !

Anonyme a dit…

très bon texte !!
merci de ton com' très sympathique sur l'atelier d'écriture ;)
Myrtille http://lagazettedecitronbleu.eklablog.com

Josette T a dit…

super...au moins cette histoire se termine bien

Kentin Spark a dit…

J'ai failli mettre mes chaussures pour aller à sa recherche.

Débora Anton a dit…

C'est pas très gentil de laisser sa maman s'inquiéter ainsi pour rien !

Amandine Aufildesplumes a dit…

Ton texte m'a angoissé!!

Anne-Véronique a dit…

J'ai cru qu'elle était morte qu'elle voyait tout et que son corps était sous le tas de neige. Merci d'avoir été plus positive que moi ! bonne semaine :)

bene89 a dit…

"celui que j'aime"? Mais quel âge a cette demoiselle? Dans ton récit, au vu de l'angoisse de la mère, j'aurais dit 4-6 ans; déjà l'âge de retrouver son amoureux?

32 Octobre a dit…

Merci de vos commentaires. Pour moi, elle avait une quinzaine d'années. Bonne idée Anne-Véronique.

Aurélia a dit…

Très joli texte, émouvant et jolie fin :) Bravo à toi ^^

jacou a dit…

Oui, un texte angoissant; j'imaginais une fillette enfermée par un prédateur pédophile...

Adrienne a dit…

ouf! ils avaient donc raison, en fait, les policiers ;-)

antigone a dit…

Oh comme c'est tendre... ;)