vendredi 14 octobre 2011

Désir d'histoires (12), Léa a 15 ans...



Sur une idée d’Olivia,



Des mots, une histoire 43

Une nouvelle récolte de mots ! Cliquez ici pour les explications…
Le défi est lancé.

Les textes de la semaine, au 14 octobre 2011, ici

La récolte de Des mots, une histoire 43 a donné ceci comme mots imposés :
Tryptique – cheminée – essentiel – biscuit – circonvolution – abbatiale – licorne – porte – masque – destinataire – délicatesse – hybride – douce – guignolet – lécher – désemparé – suriner – châtaigne – vache – platane – dérapage



Léa a 15 ans…

Léa progressait de plus en plus dans sa pratique de la photographie. Ses photos étaient de plus en plus léchées.

Ses 15 ans triomphaient de photographes chevronnés et surtout plus âgés.

Ses dernières œuvres : les tryptiques de Trèfle, dont ci-dessous un modeste échantillon.

                     


Ils lui avaient permis de remporter le 1er prix au concours spécial de Roc-sur-Gréez. Le trophée trônait maintenant sur le manteau de la cheminée de son grand-père.

Son grand-père était son Pygmalion depuis sa plus tendre enfance. Il était donc essentiel que ce trophée lui revienne en partie. Il en était destinataire aussi en raison de toute la patience qu’il avait mis à lui enseigner ce 8ème art.


Léa, Douce, comme il la surnommait, s’exerçait à photographier son coq mais aussi nombre de statuettes de biscuit que Alan, l’ami de son grand-père fabriquait. En effet, Alan n’était pas que le spécialiste de Pausanias le Périégète mais aussi celui d’Etienne Falconet, célèbre sculpteur du règne de Louis XV dont il s’appliquait à essayer de reproduire, avec délicatesse, les œuvres en terre cuite et en biscuit. Comme s’il n’avait que cela à faire. Mais c’était sa passion, son délassement.


Elle avait assisté à une de ses dernières conférences données à l’abbatiale Sainte-Foy de Conques[1], sur le chemin de Compostelle.
Ses circonvolutions verbales enchantaient Léa, tout autant qu’elle la faisait rire. Alan en jouait.
Elle aurait aimé, là-bas, y trouver la licorne cachée dans les vitraux de Pierre Soulages. Cela la laissa désemparée. Cette licorne était-elle un monstre ou un hybride. Elle se contenta de faire de nombreuses photos, sans répondre à cette question relative à l’animal mythique, des portes et du tympan, sans risque d’être surinée[2] comme dans les temps jadis.

Elle s’appliqua aussi à photographier sous tous les angles le masque antique du 4ème siècle qui avait été retrouvée.

A son retour, elle décida de changer son fusil d'épaule et partit faire un tour dans le verger de Donald.

Elle photographia cette variété de guignes qui permettait de faire du guignolet, plus exactement l’arbre qui les portait en temps habituel. Elle ne s’arrêta pas là et poursuivit sa quête par celle des châtaignes. Elle les photographia et les récolta.
Plus loin, elle aperçut des vaches et, surprise, une grande allée de platanes qui menait à une maison située au lieu-dit Dérapage.






[2] Poignarder, donner un ou plusieurs coups de couteau.

11 commentaires:

claudialucia a dit…

Bravo! Les mots se glissent dans ton texte avec aisance et naturel. On n'a pas l'impression qu'ils sont imposés.

Asphodèle a dit…

Je ne vais pas paraphraser Claudia mais je n'ai pas "senti" les mots qui pour certains n'allaient pas entre eux. (Ton blog est lent, très lent à faire défiler, est-ce normal ? Ce n'est pas la première fois et me gêne dans la lecture ! Je repasserai pour rattraper mon retard, là je n'ai pas le temps et le défilement est...poussif : je précise que ça ne vient pas de mon ordi, je reviens de 6 blogs, dont 3 Blogger et je n'ai jamais ce souci ! Alors ?) Bises

Olivia a dit…

Belle idée que d'utiliser des photographies !

Amélie a dit…

J'aime encore beaucoup ce texte, les photos, les mots qui se coulent facilement...

ceriat a dit…

J'aime beaucoup cette plongée dans le 8eme art. :-)

covix a dit…

Beau texte, sans que les mots transpirent..ça passe tout seul.
bonne soirée
@mitié

Jean-Charles a dit…

Je vais en savoir des choses maintenant avec tout ces mots que je ne connais pas, ni ces gens d'ailleurs. Je vais être cult...uré ! Euh j'ai pas compté ils y sont tous ? (clin d'oeil) Merci pour les idées j'ai appliqué. :D

Valentyne a dit…

J espère qu' il y aura une suite un jour sur ce lieu dit "dérapage" Avec un nom pareil cela devrait être interessant :-)

mariessourire a dit…

l'est beau, Trèfle dis donc... sourire
un 8ème art...
plus sérieusement, j'ai aimé ton texte illustré, posé, écrit comme un journal intime ou encore comme des confidences dites à voix basse
les mots

belle et douce nuit-journée
mille bisous
sourire

32 Octobre a dit…

merci de vos messages... l'histoire se continuera certainement...

Pierrot Bâton a dit…

Ah ! C' est bien ça: le coup des photos en plus! Bonjour à Léa.