lundi 5 septembre 2011

Une photo, quelques mots (6), Catherine et Edouard


30 août 2011

Une photo, quelques mots (6)

Grâce à Leiloona et à sa proposition


Quel émoi, quand j’ai découvert notre photographie, en gros plan, en première page chez Leiloona.
Un certain ©Kot² était passé par là.
Comme je me pique d’écrire en secret[1], je passais chez elle assez souvent,car sa proposition « Une photo, quelques mots » me tentait, mais je n'avais jamais osé.

Cette photo avait été prise, le 25 novembre 2009[2], le jour de ma fête, où tout arbre prend racine, comme on dit.
Cela faisait bien longtemps que nous étions venus à Paris avec Édouard. Trente-deux ans, très exactement. Nous étions venus pour consulter.
Un mauvais souvenir, ce 25 novembre 2009.

Mais là, me retrouvez face à nous ! Il y avait de quoi être saisie.

Je suis allée chercher Édouard. Cela ne pouvait attendre. Comme d’habitude, il était dans son cabanon au fond du jardin, en train de s’occuper de ses plantes, de ses futurs semis, de ses outils. Le surnom donné par son premier petit-fils, Ed, main verte lui convenait parfaitement.

Je ne pouvais patienter jusqu'’à son retour pour son traditionnel thé de 17 heures. C’était trop important. Il fallait…
Me voir venir si vite lui a fait croire à une catastrophe.
Le bout du jardin n’est pas le bout du monde, mais j’arrivais essoufflée quand même. Mes jambes vont bien, mais mon souffle est plus court.

  • -       Édouard, viens voir ce que j'ai trouvé sur l’ordinateur. Viens !
  • -       Cela peut attendre encore une petite heure.
  • -       Non ! Il faut que tu viennes voir ! Tu vas être étonné. Allez !


Et mon Édouard ne pouvant rien me refuser est revenu vers la maison avec moi. Il m’a fait remarquer que les tomates tardaient à rougir, qu’il y avait encore des radis à ramasser, qu’il faudrait qu’il nettoie le poulailler.
Mais je l’écoutais à peine. Je l’aurais presque pris par la main pour le faire avancer plus vite, tellement j’étais énervée.

Il prit son temps avant de me rejoindre devant l’ordinateur.
Et je m’essuie les pieds, plutôt deux fois qu’une. Et je me lave les mains. Et je me sers un grand verre d’eau. Et je me mets en route la bouilloire d’eau pour le thé. Et enfin, il arrive près de moi.

J’agite ma souris et face à lui, nous deux en plein écran.

Il a été aussi surpris que moi. Rien ! Il n’a rien dit.

  • -       Satisfait ! Il a du talent, ce Monsieur ©Kot², lui ai-je dit.


Et mon Édouard a regardé, a souri !
J’ai vu des étoiles dans ses yeux malicieux. Dommage que la photo ne soit pas en couleur. Vous auriez vu ses yeux… d’un vert… c’est cela qui m’avait fait succomber à son charme il y a plus de cinquante ans.

  • -       Me retrouver comme cela sur le Web. Sans ma permission ! a-t-il dit.
  • -       Faut que je prévienne les enfants. Ils vont être surpris. Surtout que nous n’avons jamais parlé de notre voyage. Ils vont se demander ce que nous faisions à Paris.
  • -       Et difficile de dire que c’étaient des sosies. On nous reconnaît bien. Mais ils ne trouveront jamais. Car aller comme toi, sur des sites d’écriture… faut pas rêver.
  • -       Détrompe-toi. J’y vais, car je me demande si ce n’est pas notre Lisa[3] qui y dépose des textes. Car elle aime tellement les asphodèles… et il y a des histoires qui m’intriguent. Cela ressemble à des évènements de sa vie. Mais elle est tellement secrète que je n’ose pas lui poser la question.
  • -       Toi, ne pas oser ! Pourquoi t’inquiéter. C’était il y a presque deux ans. C’est du passé.


Édouard avait certainement raison, comme toujours.

Mais que cette photo était belle. Moi, elle me plaisait beaucoup.
N'est-ce pas que malgré mes 80 ans, je suis encore présentable. 





[1] En réalité, Édouard est au courant mais pas les enfants et petits-enfants. Je ne tiens pas à ce qu’ils se moquent de moi.
[2] Le jour de la sortie du film d’Éric Valette, « Une affaire d’État »
[3] Un clin d’œil à notre gestionnaire des Plumes de l’été

8 commentaires:

Aymeline a dit…

Belle histoire et beau clin d'oeil :)

zeldaetloulou a dit…

J'aime bien l'idée de la mise en abyme.

Jean-Charles a dit…

Très bonne l'idée de se voir en photo et de parler de soi-même. J'aime bien ce texte tout en émoi.
La dame asphodèle va en rougir de plaisir de ce clin d'oeil. :D :D

Asphodèle a dit…

Merci pour le clin d'oeil, partie dans l'histoire, je n'ai tiqué que quand tu as parlé d'asphodèles (évidemment !). Très jolie façon (et belle étude) de parler de cet âge là ! Ils sont vaillants et se servent d'un ordinateur, ce n'est pas le cas de tous...

Leiloona a dit…

Hé hé originale cette entrée ! ;) C'est vrai que se retrouver sur le net doit faire bizarre, mais je crois que Kot demande la permission aux personnes. ;)

Valentyne a dit…

Ton texte colle parfaitement à la photo, tout en sérenité
j aime bcq le surnom ED main verte

Olivia a dit…

Quelle jolie idée !
"Me retrouver comme cela sur le Web. Sans ma permission ! a-t-il dit" cette phrase m'a fait sourire !

32 Octobre a dit…

Merci de vos commentaires.
L'idée m'en a été donné par le récit fait par un couple que je connaissais qui s'était retrouvé en pleine page du Figaro Magazine ... et sans le savoir seulement en lisant le journal