lundi 26 septembre 2011

Une photo, quelques mots (9), 3.33


 

20 septembre 2011

Une photo, quelques mots (9)

A vos plumes ! ;)

20 août 2009 - Guitar Player and a Hat - ©Kot


Pour lire les textes de cette semaine, c'est par ici. 



Je suis assis au milieu de cette place.

Il y a une heure, ils passaient sans me voir, sans m’écouter.
Ils couraient vers leur train, leur métro, leur bus.
Ils ne m’ont rien donné et ont pris mes mots et mes notes.
Certains même me heurtaient et criaient après moi.
Certains faisaient juste un détour pour m’éviter.

Je suis assis au milieu de cette place.

Il est 20 heures passées, c’est le premier jour de l’automne.
Personne ne me voit. Je n’existe pas pour eux.
Plus personne ne passe, ils sont tous rentrés chez eux.
Je commence à avoir froid et faim.
Mes doigts s’engourdissent. Mes pieds sont glacés.

Je suis assis au milieu de cette place.

Mon dos est calé contre mon sac empli de mes derniers trésors.
Mon chapeau est trop grand.
Ma guitare est mon bien le plus précieux.
Je n’ai plus un sou pour manger.
Écoutez ma dernière composition.


Je suis assis au milieu de cette place.
Cette nuit est ma dernière nuit.
Écouter la complainte de l’homme sans avenir.
La nuit est froide et me glace les sangs.
Je suis assis au milieu de cette place.


Lors du passage du service de nettoyage de la place ce matin à 3.33, un homme, les doigts crispés sur le manche de sa guitare a été trouvé sans vie. 
D’après les services de la police, sa mort serait naturelle. L’homme au chapeau noir nous a quittés.



17 commentaires:

leiloona a dit…

Le leitmotiv donne toute sa force à ce texte. Une belle chanson engagée.

patriarch a dit…

Tu parles d'un naturel......

Bises

Gwenaelle a dit…

Une chanson-complainte pour parler de la vie et de la mort d'un chanteur-musicien... très bien trouvé et la forme donne toute sa portée au texte.

Isa a dit…

plus ça va, plus je suis tentée de participer à ce rdv...

j'aime beaucoup ton texte..

Julie Mallauran a dit…

Je suis tout à fait d'accord sur la force donnée par le leitmotiv du texte. Fort, et triste en même temps... Assez réaliste aussi, peut être

Miss So a dit…

C'est émouvant...et très bien traduit en paroles.

Mathylde a dit…

Un texte à la forme originale qui donne une aura supplémentaire à la photo !

La Vilaine a dit…

Mais arrêtez tous à la fin avec ces textes si tristes!(sourires) Dommage qu'ils soient tellement vrais, je ne sais pas si ça les rend plus beaux, ou s'ils le seraient plus encore s'ils n'étaient que fiction

Shakti a dit…

Bel hommage à ce musicien trouvé sans vie ... Respect !! ...
combien, en passant, resteront accrochés à leur sac ... de peur qu'une pièce n'en tombe ? ...

ton texte est très beau, pas seulement parce qu'il est vrai ... mais parce qu'il est bien écrit ! ...
R. shakti

Najat Azira a dit…

Très jolis mots pour une si triste réalité.
Merci d'avoir partagé tes mots avec nous.

Soène a dit…

Hélas ton texte pour transporte dans ces grandes villes où les gens engagent du matin au soir une course contre leur montre.
Est-ce un nouveau virus urbain ou bien sommes-nous trop sollicités ?...
Et puis certains sans abri préfèrent cette liberté.

Ton texte pourrait vraiment être repris par un chanteur, il le mérite.
Bises de Lyon

Soène a dit…

Et bien, mon clavier me joue des tours ce matin !

Je voulais donc te dire que hélas, ton texte peut se prêter à toutes ces grandes villes... etc.

Asphodèle a dit…

Un texte lancinant et émouvant sur une réalité qui existe aux frontières de nos vies, des frontières que la majorité ne passent pas....

Valentyne a dit…

Prenant les transports en commun tous les jours, les sans abris y sont très "visibles" , on ne peut pas donner à tout le monde. Pour ma part, je donne aux musiciens (et aussi aux femmes faisant la manche avec leurs enfants:-(
texte très poignant

Eryndel a dit…

Bonsoir ! Cet homme assis au milieu d'une place me fait penser à la Petite fille aux allumettes : comme elle, il meurt dans l'indifférence générale...
Pourtant, ce poème dénonce un aspect de notre société. On dirait que depuis l'époque où Andersen a écrit "La petite fille aux allumettes", les choses n'ont pas tant changé.
Bonne soirée !

Justine a dit…

Ces grandes villes si peuplées, si pleines, où l'on meurt pourtant en secret...
C'est un beau texte. Mots doux sur la rude réalité.

32 Octobre a dit…

merci de ces petits mots suite à la lecture de ce texte... c'est vrai que ce musicien est la petite fille aux allumettes d'Andersen...